Entente TROYES Aube Champagne Handball : site officiel du club de handball de TROYES - clubeo

Daniel Narcisse et Thierry Omeyer arrêtent leur carrière internationale

20 mars 2017 - 11:47

Daniel Narcisse et Thierry Omeyer ne porteront plus le maillot de l'équipe de France après le mois de mai.

Deux figures du handball français s'apprêtent à raccrocher. Daniel Narcisse (37 ans) et Thierry Omeyer (40 ans) vont en effet refermer leur carrière internationale après les deux prochains matches des Bleus en mai. Le titre de champion du monde glané en France en janvier dernier était donc leur dernière compétition avec l'équipe de France.

Ce départ tourne une véritable page de l'histoire de l'équipe de France. Narcisse et Omeyer étaient les deux derniers membres de la génération «Costauds» (2001-2008) encore présents dans l'équipe. Thierry Omeyer avait fait ses débuts en Bleu en 1999 avant d'être rejoint une année plus tard par Daniel Narcisse. Ce dernier voit son compteur de sélections s'arrêter à 309 alors qu'Omeyer a atteint les 356.

Le demi-centre et le gardien de but du Paris-Saint-Germain, qui ont également joué quatre ans ensemble dans le club allemand de Kiel, possèdent certains des plus beaux palmarès du sport français. A eux deux, ils cumulent 4 titres olympiques, 9 titres mondiaux, 10 titres de champions de France et 6 Ligues des champions.

Un si beau couple de retraités

 

Entourés par le Président fédéral, Joël Delplanque et le DTN Philippe Bana, Daniel Narcisse et son capitaine Thierry Omeyer ont annoncé officiellement ce matin à Paris leur retraite internationale. Un moment d’émotion et de partage avec les nombreux représentants des médias.

Deux meilleurs joueurs du monde qui raccrochent, c’est un pan entier de l’histoire du handball international qui va bientôt s’en aller. Car si les deux compagnons de lutte ont annoncé leur retrait, ils effectueront une tournée d’adieu avec la fin des qualifications à l’Euro 2018 : à Clermont-Ferrand face à la Norvège (samedi 6 mai) puis peut-être à Montbéliard face à la Belgique (samedi 17 juin) où ils seront forcément célébrés par le public français.

« C’est un moment singulier d’émotion et de partage, c’est une réunion de famille, a lancé Joël Delplanque en ouverture de la conférence de presse organisée mardi midi dans un établissement hôtelier parisien. Avant tout je veux saluer, au nom de la communauté des Handballeurs, leur contribution au développement du Handball et leur dire un grand merci. » Les deux monuments se sont ensuite relayés pour expliquer leur décision de mettre fin à leur fabuleuse carrière en bleu. Extraits :

Thierry Omeyer (alias Titi)
Je suis très touché de vous voir aussi nombreux car nous avons partagé de nombreuses aventures. Je voudrais d’abord remercier Joël et Philippe d’avoir organisé rapidement cette conférence de presse. Vous êtes plutôt au courant (!) : je vais prendre ma retraite internationale à la fin de cette saison, à savoir lors des qualifications à l’Euro 2018.

La question m’a souvent été posée de savoir si je continuais ou quand j’arrêterais. Prendre la décision a été difficile mais inconsciemment cela fait un long moment que qu'elle était prise. Les coaches souhaitaient que je continue jusqu’à l’Euro 2018. Il me fallait simplement prendre le temps de la réflexion pour être certain que ce soit la bonne. S’il doit y avoir un moment idéal, c’est bien aujourd’hui, au lendemain du titre Mondial remporté en janvier. La décision doit être prise individuellement car il faut bien la ressentir au fond de soi. Mon épouse a été la première à connaître ma décision, ensuite tu la partages avec d’autres personnes, notamment avec mon frère Christian avec lequel j’ai passé de nombreux moments.

L’équipe de France m’a tellement apporté : il y a 18 ans je disputais mon premier match et c’est forcément une page importante de ma vie, qui va se tourner. Ce fut beaucoup de bonheur, un honneur et une fierté de porter ce maillot aussi longtemps. Le poste de gardien est dur et exigeant. Il nécessite une remise en question permanente mais il permet aussi de durer.

Voilà, j’arrête avec le sentiment d’avoir rempli tous les objectifs que je m’étais fixé avec l’équipe de France. Je voudrais remercier tous les joueurs avec lesquels j’ai partagé ces aventures. Je voudrais également remercier les coaches : Daniel (Costantini) qui m’a lancé, Claude (Onesta) avec lequel on a vécu de grandes aventures et les coaches actuels (Didier Dinart et Guillaume Gille), remercier aussi ma famille et mes proches qui m’ont soutenu.

L’objectif du Mondial 2017 a été atteint et j’ai eu la chance de soulever le trophée en tant que capitaine. Je suis sous contrat avec le Paris SG HB jusqu’à la saison prochaine et je devrais aussi terminer ma formation d’entraîneur (DES) au printemps 2018. Je veux rester dans le Handball car il fait partie intégrante de ma vie.


Daniel Narcisse (alias Toumout ou Air France) :
Je suis un peu embêté car je n’ai rien préparé alors que Titi a débarqué avec sa grande feuille, je suis mal (rires). Comme lui, je veux vous remercier et je suis  heureux de vous voir rassembler. Vous, les journalistes, avaient toujours été sympa avec moi et j’apprécie que vous soyez là pour relayer les infos pour tous les Français qui nous suivent et qui nous soutiennent. Je veux aussi remercier le Président, Joël, qui nous suit depuis pas mal de temps et qui est à l’écoute des joueurs et nous encourage dans les moments difficiles ; Philippe aussi qui nous suit depuis un bon moment (rires) et qui a une manière très spéciale pour nous donner les bons mots afin d’atteindre les objectifs.

Je n’ai jamais voulu parler de la retraite avec Titi car je ne voulais pas que ma décision perturbe la sienne. Le staff voulait aussi que je continue et j’ai pris mal de temps à me demander si ma décision était un bien pour l’équipe de France car j’avais le sentiment de l’abandonner. Je me suis toujours investi et j’ai eu du mal à donner ma décision. Après les J.O. j’ai eu un coup de moins bien. Nous avons vécu une aventure incroyable à Rio en remportant la médaille d’argent. Mais j’ai vraiment eu du mal à digérer cette finale et je me suis demandé si j’allais disputer le Mondial car j’étais peiné de ne pas avoir pu aider plus encore l’équipe de France. Lors d’une réunion, j’ai vu que tout le monde voulait se reconstruire pour aller chercher le titre Mondial en France. Cela m’a reboosté.

J’ai été fier et honoré de porter ce maillot et une longue page va se tourner. À mon arrivée en 2000, jamais je n’aurais pensé avoir cette carrière : jamais je n’aurai pensé, je serai champion du monde, champion olympique et champion d’Europe. Jamais je n’aurais pensé que ce serait aussi douloureux de perdre des matches et de voir parfois la déception sur les visages de mon entourage. Au sein de cette équipe de France, j’ai grandi et je suis devenu un homme. Aujourd’hui je ressens de la joie et de la tristesse de quitter ce groupe, cette fédération et cette équipe.

Je voudrais aussi remercier tous les joueurs que j’ai côtoyés pendant 17 ans ainsi que les sélectionneurs. Daniel qui m’a accueilli et donné la chance de jouer une finale mondiale en 2001. Claude et Sylvain (Nouet) qui m’ont évidemment beaucoup apporté pour avoir tous ces titres et qui m'ont laissé évoluer dans ce groupe à mon rythme. Également les deux jeunes coaches Didier et Guillaume pour ce qu’ils ont réussi à faire avec autant d’exigence et de qualité aussi rapidement. Ils m’ont donné la chance de finir sur un titre Mondial. Je pense au staff aussi, notamment aux Kinés et au préparateur physique auxquels j’ai donné beaucoup de travail. Je voudrais aussi remercier les attachées de presse, auparavant Nadège Coulet et maintenant Pauline Lambertini, surtout avec des garçons comme moi qu’il fallait tirer de la chambre pour aller en conférence de presse.

Enfin je voudrais dire un mot sur Titi. Il est très pudique. C’est un ami que j’ai la chance de côtoyer. C’est un garçon incroyable. J’ai rarement eu dans mon entourage proche des amis aussi « Omeyer ». Il m’a beaucoup apporté car c’est un acharné à l’entraînement. Je n’étais pas dans cette philosophie là et avec lui j’ai compris que le travail était l’élément le plus important. Nos familles se sont rapprochées naturellement, nos enfants s’apprécient beaucoup et nous partageons même nos vacances. Titi, je ne sais pas si tu auras une statut mais tu la mérites. Tu es dans mon cœur.

Les titres avec l'équipe de France
Daniel Narcisse - 37 ans
309 sélections - 930 buts
4 fois champion du monde (2001, 2009, 2015 et 2017)
3 fois champion d’Europe (2006, 2010 et 2014)
2 fois champion olympique (2008 et 2012)
Élu meilleur joueur du monde 2012

Thierry Omeyer - 40 ans
356 sélections - 4 buts
5 fois champion du monde (2001, 2009, 2011, 2015 et 2017)
3 fois champion d’Europe (2006, 2010 et 2014)
2 fois champion olympique (2008 et 2012)
Élu meilleur joueur du monde 2008

Commentaires

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 1 Dirigeant
  • 2 Entraîneurs
  • 7 Joueurs
  • 14 Supporters
+